Aller au contenu principal

Les linteaux gravés des villages potiers

Image
Localisation:
>
Ger
Type d'article:
Les ateliers et les familles

Parmi la quarantaine d’inscriptions gravées, recensées par l’association Généalogie Et histoiRe sur la commune de Ger (Manche), le village du Placître dans lequel est implanté le musée de la poterie normande, présente cinq linteaux surmontant la porte d’entrée de plusieurs maisons du hameau potier.

Les linteaux gravés implantés au-dessus de la porte principale de maison de potier mentionnent le plus souvent le nom, la profession et l’année de construction de la maison. Besoin de reconnaissance et de laisser une trace dans l’histoire, rappel d’une position sociale élevée, le linteau gravé n’est pas le seul élément qui montre la volonté du propriétaire de se démarquer du reste de la population : les maisons de maître-potiers présentent toutes un étage, une façade percée de grandes fenêtres et de grosses souches de cheminées aux pignons.

La plus ancienne inscription du village du Placître est gravé sur le linteau en granite d’une fenêtre de la façade d’une des maisons de maître potier, actuellement propriété privée :

FAIT L’AN 1719 PAR A. VERON

Transcription : « Fait l’an 1719 par A. Véron »

Image
1719 - Linteau gravé

 

Cette gravure, qui ne prend que le quart supérieur du linteau de la fenêtre, est très discrète. Faut-il l’identifier comme une des premières tentatives de marquer l’origine de la construction ? Son auteur pourrait être André Véron, le quatrième enfant de Marin Véron (né en 1615) et de Michelle Esneu (vers 1635-1685). Né en 1671 au Placître, André s’unit en 1698 avec Marie Véron (vers 1673-1733). Ils ont onze enfants. Il meurt en 1733 au Placître. (Cf. Chronique familiale de Michelle Esneu, association G.E.R., p. 4)

Le grand atelier potier, probablement construit pour cet usage car ne comportant pas de cheminée, actuellement salle d’exposition sur « les techniques de fabrication », porte la deuxième plus ancienne inscription. Sur le linteau d’une deux portes d’entrée de cet « ouvroir » est inscrit :

F. F. PAR JAQ & PR. VERON

FR. EN 1734

Transcription : « Fait faire par Jacques et Pierre Véron frères en 1734 »

Image
1734 Linteau gravé d'un ouvroir

 

Image
1734 - grand "ouvroir" du village du Placître

 

Il s’agit probablement de deux fils de la fratrie de 6 enfants de Jean Véron (1660-1708) et de Michelle Bazin (1663-1736). Jacques né en 1696 au Placître à Ger. Il devient maître potier et porte le titre de Sieur de Maison Neuve. Il s’unit le 1732 avec Anne Dumaine (1710-1737). Il décède, en 1778, à l’âge de 82 ans au Placître. Pierre, né en 1697 à Ger, décède le 1751 au Placître. (Cf. Chronique familiale de Michelle Esneu, association G.E.R., p. 6)

Sur la maison de maître abritant les salles d’exposition sur « la communauté de potiers de Ger », le linteau en granite de la porte principale mentionne :

GABRIEL . ✟ ESNEU . HAU

TEBROUSSE . MRE . POTIER .

MA FAIT . BATIR EN 1781

Transcription : « Gabriel Esneu Haute Brousse, maître potier m’a fait bâtir en 1781 »

Image
1781 - Linteau gravé de maison de maître potier

 

Image
1781 - Maison de maître potier actuellement salles du musée et bureau administratifs

 

Cette mention est complétée sur le jambage en granite droit de la même porte par la date 1781 Gabriel Esneu, né en 1745 au Placître, est le fils de Jacques Esneu, marchand potier, et de Françoise Anne Robbes. Il est maître potier et porte le titre de Sieur de Haute Brousse. Il épouse Gabrielle Lalouet (vers 1744-1781) en 1766. Ils ont huit enfants. Il décède au Placître en 1800. (Cf. Chronique familiale de Martin Esneu, association G.E.R., p. 8).

Sur une troisième maison de maître potier, hébergeant actuellement l’atelier-pépinière, le linteau en granit de la porte principale précise :

GEL ESNEU H . B ✟ FQUANT DE POTS

✟ ET SUNE SIMON SON EPOUZE

MONT FAIT BATIR LAN 1823

Transcription : « Gabriel Esneu Hautebrousse fabriquant de pots et Suzanne Simon son épouse m’ont fait bâtir l’an 1823 »

Image
1823 - Linteau gravé d'une maison de potier

 

Image
1823 -Maison de potier avant sa transformation en atelier-pépinière du Musée © Radigue-Clouet

 

Ce Gabriel (1777-1844) est le fils du maître potier Gabriel qui a fait bâtir la maison précédente en 1781. Gabriel Esneu fils porte également le titre de Sieur de Haute Brousse. Il épouse Suzanne Simon en 1805 à Villechien. Ils ont douze enfants. Il traverse tous les régimes politiques (royauté, République, Empire, Restauration), devient maire de Ger en 1816, obtient le 8 mai 1841 l’autorisation du ministre du Commerce et de l’Agriculture d’établir à Ger un marché hebdomadaire le jeudi. Il décède en 1844 alors que l’industrie potière est à son apogée. (Cf. Chronique familiale de Martin Esneu, association G.E.R., p. 12).

Enfin, sur la boulangerie du village du Placître, le linteau en granite la porte de la porte d’entrée porte l’inscription :

F . F . PAR . JAQVE . VERON . 1719

Transcription : « Fait faire par Jacques Véron 1719 »

Image
1719. Linteau gravé sur boulangerie du Placître

 

Cependant, ce four à pain a été reconstitué au début des années 1990. Les archives de l’association ne permettent pas de connaître l’origine de ce linteau. Était-il encore en place, a-t-il été retrouvé dans les décombres du bâtiment, provient-il d’un autre bâtiment ? Un maître potier Jacques Véron (1696-1778) vivait bien en 1719 au Placître, ayant dédicacé avec son frère Pierre un linteau du grand ouvroir, présenté précédemment.

F. Toumit / AAPG

Beaucoup d’autre inscriptions sont encore présentes sur des linteaux de maisons des villages de Ger.

En particulier un article de Bruno Fajal (CRAHAM-UMR 6273 - Université de Caen-Normandie) étudie « une enseigne de métier des XV-XVIe siècles à Ger », dans le village de Viéval. Il est accessible en cliquant sur le lien ci-après :

https://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1997_num_47_5_4797

 

Adresse

50850 Ger
France

48.68129, -0.7882196

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Ceci est un antispam