Aller au contenu principal

Un atelier potier à Brouains ?

Image
Catalogue Usines à Ger et à Brouains
Localisation:
>
Brouains
Type d'article:
Les ateliers et les familles

A-t-il existé une fabrique de poterie de grès à Brouains (Manche) ? N’y avait-t-il qu’une production de poteries « jaunes » puisque Brouains se situe à 30 km de la carrière d’argile grésante de la Goulande ? N’y avait-il là qu’un dépôt de poterie fabriquées à Ger à 17 km ?   

Toujours est-il que dans le seul catalogue de poteries de Ger aujourd’hui connu, datant de la fin du XIXe siècle ou du tout début du XXe siècle, le maître potier Augustin Véron mentionne des « usines à Ger et à Brouains près Sourdeval ».

Ni travail d’historien, ni recherche de terrain n’a jusqu’à présent été effectué : un appel est lancé aux bonnes volontés !

Image
Catalogue Augustin Véron fils - Fin XIXe - début XXe s. / coll. privée
Image
Catalogue Augustin Véron Fils - Conditions de vente / Coll. privée.

 

En 1921, A. Leneveu, instituteur à Ger écrit un article intitulé « Les poteries de Ger il y a un siècle » qui paraît dans le bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne. Il mentionne : 

… « Les fabricants vers 1840. - Vers 1840, il y avait 21 fabricants de poterie : M. Esneu, Gabriel, Hautes-Brousses, au Placître ; - M. Véron Jacques-Jérôme, à l’Être-au-Lièvre (c’est dans les mêmes immeubles qu’est installée aujourd’hui la fabrique de M. Pierre Théot) ;

…. La vente de la poterie.- M. Lelièvre-Laprise, Napoléon, portait sa poterie à Rennes. Il la transportait « à somme » ou à dos de cheval avec dix chevaux. Il en vendait une partie au cours du parcours, dès Louvigné-du-Dézert, Les Chaudefosse vendaient la leur aussi en Bretagne ; puis après la vente ils poussaient une pointe jusqu’à Nantes pour y prendre du sucre qu’ils rapportaient jusqu’à Vire. Les fabricants au retour se faisaient « messagers ». Ils rapportaient du chiffon pour les papeteries de la vallée de Brouains. Jacques Théot vendait sa poterie à Laval, puis il chargeait de la chaux à la Baconnière pour revenir. Tous les Théot avaient leurs clients dans la Mayenne. Les Robbes et en particulier M. Robbes-Bissonnière servaient Domfront et la région. Ils se rendaient au marché du samedi dans cette ville. Flers et les environs étaient réservés à la famille Dumaine. » …

La vallée de Brouains était donc possiblement un axe de passage est-ouest pour les vendeurs de poteries (à l’aller) et de chiffons (au retour) : un élément supplémentaire à mettre au dossier d'étude ! Qui veut y travailler ? 

François Toumit / AAPG

 

Si vous  souhaitez commenter ou compléter cette publication, n'hésitez pas à en faire part en bas de cette page. Ce site internet est collaboratif : il deviendra ce que tous les acteurs du patrimoine normand - collectionneurs, musée, historiens, archéologues, associations, etc. - souhaiteront en faire !

Adresse

50150 Brouains
France

48.721076703992, -0.96756075323497

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Ceci est un antispam